FONDS EDMOND MANGONES

La BHS a reçu en don de la famille Mangonès la collection de documents du regretté Edmond Mangonès, personnalité marquante du monde politique et intellectuel de Haïti. C'est sans nul doute l'une des bibliothèques les plus vastes et complètes de Haïti, et peut-être l'une des plus importantes collections privées du monde, en ce qui concerne la région caraïbe. Un grand nombre de volumes qu'elle contient a trait à l'histoire agitée de Haïti, vue aussi bien en tant que colonie la plus prospère du monde, qu'en tant que deuxième état moderne à avoir déclaré son indépendance dans l'hémisphère occidental. Beaucoup, parmi ces ouvrages, sont extrêmement rares, et peut-être même quelques-uns sont-ils des exemplaires uniques de documents inestimables aux yeux des spécialistes de Haïti et des Antilles. ( Source Catalogue de la collection Mangones.- Antilles research program)
IRA P. LOWENTHAL
DREXEL G. WOODSON

Fonds Edmond Mangones
Edmond Mangones
Fonds Edmond Mangones
Edmond Mangones
Fonds Edmond Mangones
Edmond Mangones
Fonds Edmond Mangones
Edmond Mangones

FONDS ODETTE MENNESSON RIGAUD / MILO RIGAUD

La BHS a reçu en dépôt dans les années 2000 les manuscrits des époux Milo et Odette Rigaud. Ce fonds a été inscrit sur le registre mémoire du monde l'UNESCO en 2017, il représente vingt-cinq années d'efforts (1944-1969) et près d'un demi-siècle de travail de recherche ethnographique de la part de Madame Mennesson-Rigaud, pour surmonter l’exclusion séculaire du Vodou haïtien et offrir aux chercheurs les moyens de sa démarche. Les dossiers (pres d’un millier) couvrent le Vodou port-au-princien ainsi que de larges régions. Cette compilation magistrale de l’évolution du Vodou Haïtien comprend quatre cent quatre-vingt-huit documents, dossiers de notes et de chants, cartables, dessins… et couvre une période bien particulière dans le temps 1944-1969 puisqu’il s’agit d’une période post-campagne antisuperstitieuse contre le Vodou. Grace au financement de La Prince Claus Fund nous avons pu réaliser la numérisation de cette collection.

Fonds Odette Mennesson Rigaud/Milo Rigaud
Odette Mennesson
Fonds Odette Mennesson Rigaud/Milo Rigaud
Odette Mennesson
Fonds Odette Mennesson Rigaud/Milo Rigaud
Odette Mennesson
Fonds Odette Mennesson Rigaud/Milo Rigaud
Odette Mennesson

FONDS SUR L’ESCLAVAGE

Haïti a connu plus de trois siècles d'esclavage et est un des rares pays où la lutte contre ce phénomène socio-économique dégradant a conduit non seulement à son abolition mais encore à l'Indépendance du territoire. Cette prouesse place Haïti dans la mouvance des grandes mutations qui vont durant le 19ème siècle façonner l'histoire de toute la région caribéenne et latino-américaine. Le fonds de la BHS sur l'histoire de l'esclavage et la période coloniale de Saint-Domingue est à bien des égards l’un des plus riches de la Caraïbe. L’historien Gabriel Débien, parlant d’Haïti disait de la BHS : « La BHS est la Bibliothèque du 18ème siècle et possède l'une des collections les plus riches sur l'histoire de l'esclavage ». En effet, la BHS garde dans son fonds de nombreux manuscrits du 18ème siècle, des papiers notariés de vente d’esclaves (années 1770 à 1790), de nombreux pamphlets sur l’esclavage et son abolition à Saint-Domingue, dans les Antilles et même dans le Pacifique. Grace à une subvention de la Fondation Mémoire Esclavage (FME) la BHS a pu commencer à inventorier et numériser une partie de ce fonds. Nous continuerons le travail pour rendre accessible le plus de documents possible.

Esclavage et colonisation
auteur inconnu
Abolition de l'esclavage des blancs aussi bien que des noirs en Afrique
Auteur inconnu
Coup d'oeil sur l'esclavage
Auteur inconnu
Discours
Auteur inconnu

FONDS COLONIALS (Collection des ouvrages imprimés à Saint-Domingue de 1764 à 1804)

En janvier 1764, la première presse francophone des Amériques vit le jour à Saint-Domingue. Le 10 janvier 1764, Antoine Marie arrive au Cap, fait paraître le premier numéro de la Gazette de Saint-Domingue Après avoir reçu le Brevet d'Imprimeur exclusif pour l’île de Saint Domingue en date du 19 janvier 1763. Dès le 7 février 1764, l'intendant du Roi ordonnait que La Gazette … soit mise au service des autorités pour poursuivre des nègres marrons. Comme en France, où l'État jouait un rôle prépondérant dans l'édition, le régime des privilèges royaux favorisa l'éclosion d'imprimeurs à vocation étatique dans toutes les villes, laissant peu de place pour les imprimeurs indépendants. Les presses tournèrent presque exclusivement pour l'administration à Saint-Domingue et pour les besoins de l’économie de plantation esclavagiste. Après la parenthèse de la révolution dominguoise, Rochambeau reviendra à la censure en 1803. La BHS possède environ 150 ouvrages et pamphlets de cette période sur les 500 existants un peu partout,. C’est cette collection d’ouvrages que nous vous présentons sous le nom de FONDS COLONIAL. C’est grâce à un financement de La Omohundro Institute du College of William and Mary à Willamsburg, Virginie que nous avons pu numériser ce fonds en 2019-2020. Ce faisant, la plus ancienne bibliothèque d’Haïti, en mettant à la disposition de ceux et celles qui s'intéressent à l'histoire et la culture haïtienne une partie de son trésor sur le web, renoue avec son passé. Etre à l'avant garde de la recherche scientifique en Haïti ayant toujours été sa mission.

Observation des lois
Charles Arthaud
Régime Colonial
M. Delafond
2 Janvier 1764
Auteur inconnu
26 mai 1788
Sentout

FONDS PAUL EMILE SIMON

Paul Émile Simon,Architecte et urbaniste,
né en 1942 à Port-au-Prince, il a entrepris des études de chimie, physiques, mathématiques à l’École Polytechnique (EPH) de la faculté des sciences de 1959 à 1960. Il a continué de 1960 à 1969 des études d’Architecture, de sculpture et d’urbanisme à l’école Nationale supérieure des beaux-arts de Paris ou il a obtenu le titre d’Architecte Urbanisme. Il a été élevé au rang de Chevalier de l’ordre du Mérite Congolais en 1982, de, Chevalier de l’ordre du Mérite Gabonais en 1985, d’officier de l’ordre du Mérite Gabonais en 1987. Il était membre de l’Union Internationale des Architectes, de l’ordre gabonais des Architectes, du collège des ingénieurs et Architectes d’Haïti, Président de l’association haïtienne des architectes et des urbanistes ( ASSHAU). Il a réalisé de nombreux projets d’architecture et d’urbanisme en Haïti et à l’étranger. Décédé 1er Juillet 2014 en Haïti. Il a légué son importante bibliothèque sur l’architecture, l’urbanisme, les beaux-arts à la BHS. Ce fonds est pour le moment consultables sur place.

Fonds
Paul Emile Simon
Fonds
Paul Emile Simon
Fonds
Paul Emile Simon
Fonds
Paul Emile Simon

FONDS RENÉ BÉLANCE

René Bélance est né le 8 janvier 1915 à Corail (Haïti). Son enfance a été marquée par l’Occupation américaine de son pays. À l’école, René Bélance commence à écrire dès la sixième. Faute de moyens, Bélance ne suit pas son ambition de faire des études de médecine, et s’oriente vers la philosophie dès les années au lycée Alexandre Pétion à Port-au-Prince. Dans cet établissement, l’un de ses essais est remarqué par son professeur Duraciné Vaval. Lauréat d’un concours de philosophie organisé au lycée pour la fête de Pétion, Bélance obtient une bourse par l’intermédiaire de Dantès Bellegarde, essayiste et directeur du lycée à l’époque – une « fortune » de neuf dollars haïtiens (45 gourdes) par mois qui lui permet de « manger trois fois par jour » – pour suivre des études de philosophie pendant un an à l’École Nationale d’Instituteurs. … Il enseigne à l’École Normale. Il obtient une bourse de l’Unesco et part au Mexique où il enseignera pendant deux ans dans un programme d’éducation d’adultes. L’Unesco lui propose un poste de photographe mais Bélance préfère retourner en Haïti pour enseigner à l’Institut pour l’Éducation des Adultes, récemment créé. Il enseigne ensuite, pendant huit mois, à une école rurale. Bélance revient à Port-au-Prince où il est nommé professeur de littérature au lycée Toussaint-Louverture. Parmi ses élèves, Bélance se souvient du jeune Émile Ollivier en qui il a reconnu les talents de romancier. Yolande Laraque (la soeur du poète), lui fait obtenir un poste d’enseignant au lycée Pétion où il reste jusqu’en 1959. Il passe alors trois ans à faire des recherches sur les Caraïbes à l’Universidad de Porto Rico à Río Piedras.

En 1962, Bélance part pour l’University of California à Berkeley où il enseigne, et obtient, après trois ans, une maîtrise. Suivra la carrière américaine du professeur Bélance: d’abord à Whitman College (à Walla Walla dans l’état de Washington), ensuite à Williams College dans le Massachusetts (1968-1970). Suite à une conférence impressionnante sur Aimé Césaire à Providence, Rhode Island, en 1970, Bélance est engagé comme professeur à Brown University où, pendant onze ans, il se spécialise dans le roman africain francophone et anglophone et dans la poésie française.

Lorsqu’il prend sa retraite en 1981, Bélance rentre en Haïti et vit à Frères où il se consacre à la poésie. Appelé « poète surréaliste » par le journaliste Roger Gaillard en 1943, René Bélance revendique d’autres éléments et styles de sa poésie sociale, sa poésie de protestation. Au moment de sa mort à Port-au-Prince le 11 janvier 2004, de nombreux messages de personnalités du monde littéraire haïtien témoignent de l’estime pour le poète et de l’importance de sa poésie. (Source : http://ile-en-ile.org/belance) À sa mort il légua à la BHS sa bibliothèque personnelle. Ce fonds est consultable sur place pour le moment.

Anita Petithomme
Georges Apollon
La force de l'âge
Simone de Beauvoir
L'écriture et la différence
Jacques Derrida
René Depestre
Claude Couffon

UNE IMPORTANTE COLLECTION DE REVUE
ET DE JOURNAUX

Ces collections touchent plusieurs aspects de l’histoire, du droit, la littérature, de l’éducation, de l’histoire de l’esclavage, de l’architecture, de l’art, de la diplomatie, l’urbanisme pour ne citer que cela.